Skip to content

La Dépêche du Midi – Sylvain Houlès : « Un autre état d’esprit »

Après avoir hésité, Sylvain Houlès a choisi de prolonger son aventure avec le Toulouse Olympique. Aujourd’hui, il ne regrette pas son choix et vise haut avec le TO.

Toujours très occupé avec les trois cents brebis qu’il élève à Roumegoux, dans le Tarn, Sylvain Houlès, le capitaine toulousain, reste un exemple au sein d’une équipe qui, après une déroute initiale à Carcassonne, vient d’aligner cinq succès, le dernier en date samedi face à Montpellier.

Sylvain, au sortir du match de Carcassonne, pensiez-vous signer cinq succès en suivant ?

Non. J’étais au fond du trou, démoralisé. On a tout mis sur le fait que nous n’avions eu que quinze jours d’entraînement, que nous n’étions pas au complet. Mais nous avions vraiment livré un mauvais match. Il y a alors eu une prise de conscience. Certains ont parlé dans le vestiaire et cela a changé des attitudes. Finalement, cette déroute nous a fait du bien.

Après avoir affirmé votre attachement au Championship, ne regrettez-vous pas d’avoir rempilé pour évoluer en Élite 1 ?

Après Carcassonne, je le regrettais. Après six journées, non. Nous avons réussi de très bons matchs face à Pia, Villeneuve et Lézignan. Contre Lescure et Montpellier, nous nous sommes montrés moins brillants. Mais, enfin, Montpellier n’est pas une mauvaise équipe et sans bien jouer nous mettons 38 points. Ce n’est pas mal, non ?

Le TO a-t-il une marge de progression ?

Une marge énorme. Nous sommes très bons en défense, même si nous pouvons encore nous améliorer dans ce domaine. Montpellier a eu 65 % de possession de balle et nous ne prenons que deux essais. En revanche, en attaque, nous ne sommes pas encore très performants. Avec les joueurs que nous possédons, nous devons faire beaucoup mieux. Et nous restons indisciplinés. Si nous réglons tout ça, notre potentiel s’exprimera pleinement. Actuellement, nous sommes à environ 70 %.

Qu’est-ce qui a changé par rapport au dernier parcours en Championship ?

Les Français qui sont restés ont mûri et bénéficient de l’expérience acquise lors des matchs contre les Anglais. Les jeunes se fondent dans le moule, ils sont appliqués, morts de faim. Et le club a réussi de bonnes pioches avec les Australiens qu’il a recrutés. Ils sont venus pour jouer, pas pour faire du tourisme. Tout cela a contribué à améliorer l’état d’esprit qui nous a permis, à onze contre treize pendant un quart d’heure, de résister à Lézignan en faisant preuve d’une grande solidarité.

Alors, le TO est-il un prétendant au titre ?

Hum. Je ne veux pas m’avancer. Je l’espère. Il y a les moyens. Mais il nous faut un peu de chance, que les blessures nous épargnent, car notre effectif n’est pas pléthorique.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

APP OURLEAGUE

BILLETTERIE