Skip to content

Toulouse reçoit demain le leader Halifax

la-depechefrToulouse reçoit le leader Halifax, dans son antre des Minimes. Avec son pilier international. Portrait.

Au sein de l’effectif du Toulouse Olympique, il fait partie des huit contrats professionnels du club. Mathieu Griffi, pilier international vit à 100% de sa passion et du rugby à XIII qu’il a découvert à la très renommée MJC Carcassonne, le fleuron de la formation de l’ASC. Très jeune, il a baigné dans le monde treiziste, ce qui ne l’a pas empêché de goûter à la pratique de l’autre rugby au sein des juniors et des Espoirs narbonnais.
« Pendant mes années à Narbonne, j’avais conservé une licence de XIII à Salses », tient-il à préciser.

200907170897_w350
Mathieu Griffi, un beau bébé de pilier (1m87 pour 102kg), ici début mai lors de la réception de Whitehaven. Photo DDM, Michel Viala

COUPE ET CUP

Salses, petit bourg catalan célèbre pour sa forteresse militaire construite sous le règne de Louis XIV – outre l’architecture à la Vauban. Le club local a écrit une belle histoire de la cité en réalisant une performance de taille en Coupe de France lors de la saison 2005. Cette petite entitée amateur avait successivement sorti deux clubs de l’élite : Lyon-Villeurbanne (45-6) et Villeneuve-sur-Lot (24-10) avant de tomber avec les honneurs en demi-finale face à Limoux sur la pelouse de Saint-Estève. « Cette saison fut extraordinaire, raconte Mathieu. Nous avions été champions de France dans notre catégorie, remporté tous les trophées nationaux et cette épopée en Coupe de France avait vraiment fait bouger tout le village. »
De cette prouesse dans la coupe hexagonale, Griffi a séduit les recruteurs de l’UTC. Après une année d’apprentissage dans la réserve des Dragons, il a fait en juillet 2006 son premier match en Super League sous les couleurs sang et or. « C’était à Narbonne, face à Salford. De plus, nous avions gagné 26-6. C’est un souvenir très, très fort. » Le meilleur vint un an après sur la pelouse de Warrington un certain 29 juillet 2007. Ce jour-là, les Dragons catalans balayèrent Wigan en demi-finale de la Cup (37-24) et validèrent leur billet pour Wembley et une finale face à Saint-Helens. « Je n’ai pas joué la finale, j’étais dix-huitième mais le souvenir d’avoir vécu une telle aventure, d’avoir joué la demi-finale ça ne s’oublie pas ! »
à 26 ans, Mathieu a encore l’espoir d’agrandir son armoire à souvenirs. Il espère disputer la Super League avec Toulouse et rejoindre le grand Pascal Jampy, seul joueur français à avoir joué la Super League avec deux clubs français différents (le Paris-Saint-Germain et les Dragons catalans). Sur le court terme, il ne désespère pas disputer les phases éliminatoires avec Toulouse et les Four Nations avec l’équipe de France à l’automne prochain.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

APP OURLEAGUE

BILLETTERIE