Skip to content

Dragons Catalans – Bradford : l’interview de B GUASCH

lindependantcom1B. Guasch : « On dérange ou quoi ? »

Bernard Guasch, le président des Dragons, qui croit toujours au redressement prochain de son équipe, n’a toujours pas digéré la défaite de samedi, face à Bradford (24-30), qui a vu l’arbitre Ian Smith refuser quatre essais aux Catalans.

Le moins que l’on puisse écrire c’est que l’arbitrage de Ian Smith (terrain) mais aussi celui de David Merrick (vidéo) a soulevé l’ire des supporters et des dirigeants catalans, samedi, lors de la rencontre Dragons-Bradford. A quatre reprises, le « central » a fait appel à l’examen des images pour… quatre essais « sang et or », jugés litigieux. Verdict : à chaque fois, Bird et les siens se sont vus refuser les quatre points. Or, les images d’Orange TV, étayées par l’étude du consultant-arbitre Olivier Dumeaux, confirment qu’au moins trois d’entre-eux étaient valables (Pelo, Bird et Bosc). Bernard Guasch, le président de la franchise roussillonnaise ne décolérait toujours pas hier.

Avec le recul, quel est votre sentiment après le cinquième revers de la saison de votre équipe ?

Je suis toujours en colère. Je n’ai pas encore digéré le fait de perdre, non pas sur une mais sur quatre décisions arbitrales, toutes aussi injustes. L’arbitre est allé chercher des choses incroyables pour justifier ces annulations. Sur les actions de Dimitri Pelo et surtout de Thomas Bosc, tout paraît pourtant limpide. Eh bien non ! Imaginez qu’il a sollicité quatre fois la vidéo en une mi-temps. Je n’avais jamais vu ça. Et la sentence a toujours été en notre défaveur. Il y a de quoi se poser des questions, non ? C’est à dire ? Notre bon parcours l’an dernier, l’affaire Bird, qui pour moi n’en est pas une… bref, j’ai parfois l’impression qu’on nous en veut. On dérange ou quoi ? Voilà la question que je me pose. Regardez sur l’essai de Bradford, à la dernière minute. Il ne reste qu’une poignée de secondes à jouer et les Bulls marque sur un en-avant de passe. Mes joueurs s’arrêtent pensant que l’arbitre va le signaler et les voilà qu’ils aplatissent. Non seulement, Ian Smith valide l’essai, mais il ne demande même pas la vidéo. Il y a deux poids, deux mesures. Autre interrogation. Pourquoi les Dragons comptent 70 pénalités à leur compteur (ndlr : 62 en fait) alors que les autres équipes naviguent à 40 pénalités (ndlr : voire 28 pour les Harlequins) ? Comment est-ce possible ? Nous ne sommes pas deux fois plus agressifs que nos adversaires tout de même. Parfois, je reproche même aux miens de ne pas l’être assez, c’est dire.

Qu’allez-vous faire ?

Nous préparons un dossier vidéo des essais refusés et des pénalités dont nous sommes parfois les victimes pour les envoyer à la RFL. Nous allons également demander à Stuart Cummings, le responsable des arbitres, de venir à Perpignan pour qu’il nous explique ce qui ne va pas. Alors aujourd’hui, non seulement, je suis en colère, mais je suis aussi triste pour le coach qui est un bon mec, croyez-moi. Cela fait trois mois qu’il est là, qu’il bosse comme un forcené, qu’il multiplie les efforts pour s’intégrer au niveau de la langue et les résultats peinent à venir. Il faut dire que l’équipe n’a pas été épargnée par les blessures (Fakir, Mogg, Raguin, Croker, Ryles, Carlaw…), c’est ce qui me pousse à ne pas être inquiet.

Comment expliquez-vous ce début de saison poussif ?

Je pense que l’effet Coupe du monde n’y est pas étranger. Les joueurs français ne sont réapparus à l’entraînement que début janvier. Avec un demi-match amical dans les jambes, nous accusons un déficit au niveau des automatismes. Les équipes anglaises sont déjà au top. Nous en tirerons les leçons pour la prochaine intersaison.

La deuxième mi-temps enflammée face à Bradford ne doit-elle pas inspirer les Dragons pour les matches à venir ?

C’est sûr, nous avons produit notre meilleur rugby de la saison. Les joueurs ne méritaient pas de perdre. C’est comme ça. En ce moment, rien ne nous sourit. Aujourd’hui, la Super League a considérablement élevé son niveau. Il n’y a plus de petites équipes. Et je suis convaincu que nous sommes en mesure d’aller nous imposer à Leeds. Vous verrez, il va y avoir encore de belles surprises dans ce championnat haut de gamme.
Recueilli par Arnaud Hingray

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

APP OURLEAGUE

BILLETTERIE