Skip to content

Coupe de France – Lézignan quarante ans après

Ces dernières saisons, Lézignan a sérieusement empoigné le plumeau et la balayette pour épousseter son armoire aux trophées. Il y a deux ans au cœur du Biterrois, les Meuniers avaient ranimé les photos sépia, vieilles de trente ans, en empochant le titre de champion. Hier, la bande d’Aurélien Cologni a cette fois-ci chassé les toiles qui enveloppaient la Coupe Lord Derby, remportée il y a quatre décennies déjà.

Source : www.ffr13.com

Les héros de 1970, Hazard, Gayraud, Abadie, Maïque, Casty, Alonzo et consorts ont trouvé en Rovira, Roméro, Tribillac, Bringuier… de valeureux descendants. Et que dire des Quintilla père (Dadou) et fils (Florian), les yeux baignés de larmes, aujourd’hui à Avignon. Alors, le peuple des Corbières est en liesse, à se frotter les paupières pour évacuer le rêve de sa pensée. Pensez-donc quarante ans que la ville attendait cela. Quarante ans à ruminer sa frustration.

Depuis le 8 mai 1978 et une finale de Coupe remportée face au XIII Catalan, le FCL n’avait plus connu l’extase d’un sacre en Coupe. Hier, les « grands hommes verts » ont ravivé l’histoire. Alors Duggan, Wynne et Beattie envoient des sourires larges comme l’Australie, les bras au ciel pour avaler chaque gouttelette de bonheur. Piqués par la grâce, Piquemal et Janzac gambadent comme des chamois alors que Clottes et Munoz savourent et se délectent jusqu’à plus faim. Au terme d’un match plein de sève et de vie, Lézignan a triomphé au bout du bout d’une partie haletante, qui aurait tout aussi bien pu sourire aux Limouxins, si joueurs, mais trop peu réalistes.

Alors que Limoux, qui mène depuis le début du match grâce à une pénalité de Ramage, manœuvre plutôt bien à l’approche de la zone de vérité, Murcia prend le trou. Du moins le croit-on. Car le stratège limouxin préfère taper un petit coup de pied en cloche dans l’enbut adverse, qui trouve… Piquemal. L’ailier lézignanais récupère le cuir dans son enbut et file tout droit à l’essai. Mais l’international repris, le jeu rebondit et Janzac telle une fusée, s’en va piquer son nez dans le gazon (6-2, 11). La définition même de l’essai en contre.

Pourtant Limoux, privé de Teixido, son accélérateur de particules, sorti prématurément sur blessure, a posé ses grosses papattes sur la rencontre. Shead, Piccolo, Murcia et Ramage multiplient les initiatives. Le surfer de la Haute-Vallée de l’Aude concrétise le temps fort limouxin (6-4, 28).

Peu avant la pause, Janzac encore lui, s’échappe sur son aile. Mais B. Almarcha sauve la patrie et le reprend par le caleçon. Tout s’accélère. Ramage tape un petit coup de pied qu’Innes ne peut contrôler. Dans la foulée, Duggan prend la tangente au milieu du terrain, fixe Innes et offre à Quinn l’essai dans les derniers soupirs de la première période (12-4, 39).

A la reprise Ramage, ramène les siens à portée de fusil des doubles champions de France. Dans son sillage, Shead, monstrueux hier, passe la surmultiplié. Key et Ramage récitent leur « spéciale à l’Australienne » : redoublement de passes pour B. Almarcha, décalé à l’aile (12-12, 48). Tout est à refaire. Vent dans le dos, Limoux gobe toutes les ouvertures et Ramage encore lui se voit même offrir l’occasion de créditer le compte « rouge et noir » de deux unités supplémentaires. Manqué.

Wynne, de son côté, ne rate pas la cible et Lézignan repasse en tête à l’heure (14-12, 60). L’air est irrespirable. Limoux annexe toujours le camp lézignanais mais multiplie les mauvais choix ou fautes de mains au moment de conclure. A cet instant du match, les dès roulent au vent de l’incertitude. Mayans se lance même dans une folle course à l’amour, naviguant à droite, à gauche avant d’être repris à vingt mètres de l’enbut. Rageant.

Il ne reste que quelques minutes. Lézignan grille ses ultimes cartouches. Tribillac, « le Marseillais » tape au pied et Bringuier, le Catalan de Salses, intercepte le rebond pour planter son museau dans le gazon vauclusien (18-14, 73). Limoux s’inclinait pour la troisième fois consécutive en finale et Grégory Delarose, les yeux humides, ne pouvait retenir ses larmes. A 20 ans, sûr, le Limouxin la soulèvera cette Coupe.

Fiche technique

A Avignon, Lézignan bat Limoux (mi-temps 12-4) – Arbitre M.Molinier – 7.000 spectateurs.

Pour Lézignan: 3 essais de Janzac (11), Quinn (39), Bringuier (73), 2 transformations de Wynne (11), Munoz (39), 1 pénalité de Wynne (60).

Pour Limoux: 1 essai de B. Almarcha (48), 1 transformation de Ramage (48), 4 pénalités de Ramage (2, 28, 42, 70).

Les équipes :

Lézignan: Duggan (homme du match)- Piquemal, Quintilla, Bringuier, Janzac – Quinn, Wynne – Ancely – Laurent, Clottes – Beattie, Lacans, Rovira. Sur le banc : Bousquet, Roméro, Tribillac, Munoz.

Limoux: Innes – Marrot, Ma. Mayans, Key, B. Almarcha – Ramage, Murcia – Piccolo – Ma. Almarcha, Herold – Shaead, Teixido, Wood. Sur le banc : Bussian, Laffont, Braconnier, Delarose.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

APP OURLEAGUE

BILLETTERIE