PARTAGER

La saison 2018 du Toulouse Olympique étant désormais terminée, le Président Bernard SARRAZAIN en dresse le bilan.

Président, quel bilan tirez-vous de l’exercice 2018 ?

Bernard SARRAZAIN : Nous avons fait une très bonne saison puisque la victoire a été majoritairement au rendez-vous, ce qui nous a permis de finir troisièmes de la première phase et jouer les play-offs ensuite.

Nous avons ainsi pu rencontrer quatre équipes de Super League, et nous en avons battu deux à la maison. Le résultat est donc globalement satisfaisant et en nette progression par rapport à la saison dernière.

Quels sont vos objectifs pour 2019 ?

Bernard SARRAZAIN : Comme j’ai déjà pu le déclarer, c’est de tout gagner. Je dis cela car, à partir de 2019, la structure du Championship sera modifiée, et notamment le moyen d’accéder à la Super League. Comme il n’y aura qu’une seule montée, il est évident qu’il faudra gagner toute la saison.

Sur le plan économique, comment se porte le club ?

Bernard SARRAZAIN : Comme chaque année, nous avons été amenés à faire des investissements importants car le club doit être prêt à affronter les défis économiques de la Super League. Cela étant, nous nous en sortons bien, grâce à nos partenaires qui savent répondre présent, aux nouveaux sponsors que nous avons réussi à faire venir, ainsi qu’au public qui est de plus en plus présent au stade. Tout ça fait qu’aujourd’hui, la santé financière du club est saine. Néanmoins, nous sommes sans cesse à la recherche de nouvelles ressources qui nous aideront, à terme, à atteindre notre objectif de la Super League.

Un mot sur les autres catégories du club ?

Bernard SARRAZAIN : Les équipes de jeunes ont toutes repris l’entraînement et retrouvent petit à petit la compétition. Comme chaque année, nous comptons sur eux pour ramener les premières victoires. Le centre de formation est au travail depuis plusieurs semaines, tout comme la formation Elite 1, avec laquelle nous devons capitaliser sur la progression observée la saison passée. Cette équipe est très importante pour nous car elle nous permet de former les joueurs de demain. Notre équipe de XIII Fauteuil, les Toros, est également de retour aux affaires.

Pour terminer, que pouvez-vous nous dire sur la fin de carrière de Sébastien PLANAS ?

Bernard SARRAZAIN : Quand on voit la fin de saison qu’il a fait, j’en suis à me demander pourquoi il arrête ! (rires). Cependant, même si la tête suit, il faut que le corps réponde aussi et Sébastien en est parfaitement conscient. Dans tous les cas, c’est une fierté d’avoir eu un joueur et un homme de ce calibre sous le maillot du TO, et je suis heureux qu’il ait eu cette fin de carrière. Le TO XIII ne l’oubliera jamais.