PARTAGER

Auteur d’une prestation majuscule dans un match retransmis dans 6 pays/régions du monde (Canada, Etats-Unis, Australie, Asie, Royaume-Uni, et bien sûr France), le Toulouse Olympique s’est finalement incliné 13-12 sur la pelouse synthétique de Toronto ce samedi (15/09).

Victimes de plusieurs décisions arbitrales largement contestables, les Toulousains n’ont jamais dévié de leur ligne de conduite, restant soudés et solidaires, ce qui leur a permis de dominer les surpuissants Canadiens.

Las, le réalisme a fui les Olympiens pour aller dans le camp des locaux qui, d’un drop en toute fin de match, ont arraché la victoire.

Un résultat regrettable au vu de la physionomie du match, même si tout n’est pas perdu pour le TO, toujours en course pour prendre part au match de play-off entre le 4e et le 5e, qui enverra le vainqueur en Super League.

Pour cela, il faudra néanmoins faire un résultat samedi prochain (22/09) contre la formation de Super League de Hull KR au stade Ernest Argelès de Blagnac. Coup d’envoi à 18h.

A noter également la blessure à priori importante de Sam RAPIRA au cours de ce match.

Fiche technique : Toronto Wolfpack 13 – 12 Toulouse Olympique (MT : 8-8)

Toronto : 3 E Caton-Brown (20), Rawsthorne (27), Stanley (44), 1 D (76) O’Brien

TO XIII : 2 E Marcon (38), Robin (71), 2 P (16, 32) Kheirallah

Evolution du score : 0-2, 4-2, 8-2, 8-4, 8-8 / 12-8, 12-12, 13-12.

Toronto : O’Brien ; Rawsthorne, Stanley, Wheeler, Caton-Brown ; McCrone, Wallace ; Emmitt, Beswick, Sims ; Dixon, Paterson ; Bussey. Sont entrés en jeu : Ackers, Sidlow, Buchanan, Lussick.

Toulouse : Mark KHEIRALLAH (parrainé par Sarrazain Déménagement) ; Chris CENTRONE, Bastien ADER (parrainé par Master Films), Gavin MARGUERITE (parrainé par Chris WATSON), Paul MARCON (parrainé par Paul Daniel Traiteur) ; Johnathon FORD, Stanislas ROBIN (parrainé par Chris WATSON) ; Maxime PUECH, Anthony MARION (parrainé par Audit Télécom), Joe BRETHERTON ; Sébastien PLANAS (parrainé par la Villa da Vinci), Rhys CURRAN (parrainé par C’ la Com) ; Sam RAPIRA. Sont entrés en jeu : William BARTHAU, Clément BOYER (parrainé par ADH Conseil), Tyla HEPI, Justin SANGARÉ.

Carton jaune : Robin (26)

Résumé du match :

Même lésés, les Toulousains restent dans le match

D’entrée de jeu, le TO est visiblement appliqué et concentré. Les joueurs de Sylvain HOULES se tiennent au plan et jouent cliniquement chaque coup. Ils répondent présents dans le combat en défense, malgré la supériorité physique des adversaires et la chaleur étouffante.

Rapidement, les Canadiens se font sanctionner – hormis lorsque Bastien ADER se fait mordre l’oreille sur un placage – et les Toulousains prennent les points avec une pénalité de Mark KHEIRALLAH au quart d’heure de jeu. 0-2.

Quelques minutes plus tard survient le premier fait marquant du match : l’ailier CATON-BROWN s’échappe en bout de ligne et plonge pour éviter le retour de Mark KHEIRALLAH. Le ballon lui échappe tout de même de la main au moment d’aplatir mais l’arbitre de champ, celui de touche et celui d’en-but ne le voient pas. 4-2.

Dans la foulée, deuxième salve : Stan ROBIN rattrape et plaque son adversaire, puis lui fait tomber le ballon. L’arbitre, pour qui le tenu était acté, sanctionne le demi Olympien, qui conteste avec énergie. Carton jaune. Sur la chaîne qui suit, essai en coin de RAWSTHORNE. 8-2.

Malgré tout ça, Toulouse est dans son match et tient tête à son adversaire. Il n’encaisse plus de points et parvient à égaliser par l’intermédiaire de Paul MARCON, qui après s’être échappé sur son aile, tape un rasant le long de la ligne de touche qu’il aplatit lui-même dans l’en-but. 8-8 à la pause.

Le TO fait le jeu mais ne conclut pas

Profitant d’un ballon dévié suite à une chandelle devant la ligne de McCRONE, STANLEY redonne l’avantage aux siens juste au retour des vestiaires. 12-8.

Cependant, ce sont les Bleus et Blancs qui font le jeu en seconde période. Les joueurs du Wolfpack sont au bord de la rupture à plusieurs occasions, mais le TO n’arrive pas à concrétiser.

A force d’essayer, les Français envoient Stan ROBIN dans la brèche et reviennent une nouvelle fois à hauteur de leurs hôtes (12-12), mais ils laisseront ensuite passer les chances qui se présentent.

Contrairement à Toronto qui, par l’intermédiaire d’O’BRIEN, passe un drop dans les ultimes minutes. 13-12, score final.